Jouer au poker dans l’avion : une expérience VIP !

by | Mai 13, 2018 | 0 comments

Pour les personnes qui ont peur de prendre l’avion, un voyage dans les airs peut déjà être un pari suffisamment risqué en soi. Mais des studios de design français ont décidé de pousser l’expérience encore plus loin, offrant la possibilité aux amateurs de jeux d’argent d’occuper leurs voyages en avion de manière bien plus ludique. Jouer à la roulette dans un avion est aujourd’hui possible. Voici comment. 

Jouer au casino dans un avion est désormais possible

Le casino donne des ailes 

Jean-Pierre Alfano d’AirJet Designs et Frédérique Houssard, la fondatrice de Designescence, travaillent actuellement ensemble au développement d’un casino pas comme les autres. En effet, plutôt que de faire construire un nouvel établissement sur la terre ferme, ou même de désigner un casino virtuel sur le web, leur  Casino Jet Lounge aura des ailes. Avec son bar luxueux et ses nombreuses tables de poker, blackjack et roulette, le Casino Jet lounge n’a en effet rien d’un casino ordinaire, puisqu’il permettra de jouer tout en réalisant un vol commercial classique. 

Dans une récente interview, Houssard explique avoir voulu ressusciter le glamour des années 50 et 60. Et une expérience de casino dans le genre de celle que l’on pouvait admirer dans les films de James Bond. Le concept de ce casino dans les airs est encore relativement nouveau, et sera discuté dans les prochains mois avec plusieurs compagnies aériennes. 

Une histoire d’amour entre l’aviation et le casino

Certains peuvent penser que la création d’un casino dans un avion est un projet un peu fou, et surtout complètement futuriste. Mais le concept de jouer dans les airs n’a en réalité rien de nouveau, et existe depuis un certain temps. Singapore Airlines a été parmi les premières compagnies aériennes à offrir des jeux de hasard aux grands voyageurs en 1981. À l’époque, elle a équipé quelques avions de sa flotte de machines à sous légères personnalisées installées dans les allées d’un vol opérant entre Singapour et la ville de San Francisco. Malheureusement, cette expérience de jeu n’aura duré que huit semaines. La société a ensuite retiré l’équipement de jeu en vol et a déclaré que les machines à sous leur avaient présenté ce qu’elle décrivait comme un «défi opérationnel».

Dans les années 90, Swissair a elle aussi relevé le défi du jeu en vol. Leur solution a donné aux passagers la possibilité de parier des sommes allant jusqu’à 350 dollars en proposant une belle sélection de jeux de hasard, qui comprenait le blackjack, le keno et le poker. Le système logiciel mis au point par Swissair a quant à lui été opérationnel jusqu’en 1998 et plusieurs autres compagnies aériennes se seraient montrées intéressées à reprendre le concept. Cependant, un accident d’avion impliquant un avion de Swissair en 1998 a rapidement renversé la tendance. Une enquête menée sur l’accident Swissair a suggéré que les problèmes causés avaient été attribués à une défaillance du système de divertissement en vol de l’avion.

Au fil du temps, les compagnies aériennes ont recommencé à jouer avec l’idée d’offrir des systèmes de jeu d’argent pour divertir leurs passagers. Par exemple, une annonce de Ryanair en 2004 avait laissé entrevoir la possibilité que la société introduise le jeu par le biais d’un système de divertissement en vol, bien que cette fonctionnalité n’ait pas encore été mise en œuvre. Interrogé sur le sujet, Stephen McNamara, responsable des communications de Ryanair, a déclaré que Ryanair espérait toujours introduire l’idée dans le cadre de ses projets futurs.

Idem pour la compagnie du milliardaire Branson, qui avait déclaré dans un entretien donné au New York Times que les passagers de Virgin Airways auraient alors «deux façons d’avoir de la chance sur un vol de la compagnie». Mais la société semble avoir écarté toute l’idée quand un autre porte-parole de Virgin a admis plus tard à CNN que le concept de casino de Virgin n’était «qu’une idée, ainsi que de nombreuses autres idées dont nous avons parlé il y a quelques années».

Un défi technique

En approfondissant la question, jouer dans les airs pose un défi bien plus important aux compagnies aériennes que la seule question de l’investissement initial. Par exemple, maintenant que l’accès Wi-Fi est de plus en plus courant sur les vols commerciaux, il semble plus facile pour les passagers de jouer depuis leur appareil mobile sur le casino en ligne de leur choix.  

Ryanair prévoit de résoudre le problème en fournissant une connexion Wi-Fi en «boucle fermée», afin que les passagers de jeux de hasard soient obligés d’utiliser le système de la société. Mais Houssard et Alfano ne voient pas le jeu en ligne comme une menace pour leur concept.

Alfano explique ainsi que lorsque l’on prend un vol de plusieurs heures, et même en classe affaire, la question du divertissement va bien plus loin qu’un accès technique à Internet. La possibilité de pouvoir jouer avec d’autres passagers et de prendre un verre au bar, bref, de profiter d’une expérience sociale à part entière, est ce qui différenciera réellement leur casino volant !