Flight Simulator : La meilleure façon de voler sans avion

by | Mai 2, 2018 | 0 comments

Du rêve d’Icare à Saint-Exupéry, l’homme rêve depuis la nuit des temps de pouvoir voler. Il n’a eu de cesse de trouver le moyen de parcourir le ciel en s’inventant des ailes. Aujourd’hui, les écoles d’aviation font le plein. Les simulateurs de vol ont longtemps été réservés aux pilotes professionnels, mais ils sont désormais disponibles sur toutes les consoles et les ordinateurs. On les retrouve même sur les casinos en ligne où ils prennent forme de jeux parfois très addictifs mais également lucratifs puisqu’on peut gagner des prix ou des jackpots. En ces temps de pandémie, avec les aéroports fermés tout comme les écoles, voilà bien une simulation autant sinon plus réaliste que l’original!

Microsoft Flight Simulator : la Mecque des simulateurs de vol

La série Flight Simulator est sans doute le meilleur exemple de simulateur d’aviation pour grand public. Pas d’amateurisme toutefois puisqu’il est tellement réaliste qu’on l’utilise dans les écoles de pilotage et même pour les formations des pilotes grand courrier. Et cela tombe bien parce qu’un nouvel opus vient tout juste de sortir. Microsoft et Asobo, un studio de création bordelais, ont utilisé deux outils surpuissants pour que l’immersion du joueur soit totale. Et parler de joueur serait presque insultant, tant ce jeu fait des pilotes. Asobo a utilisé Bing Map, un logiciel d’imagerie aérienne couvrant l’ensemble du globe !

Microsoft a mis a disposition son ensemble de serveurs ultra puissants capables de calculs complexes associés à l’IA Blackshark.ai. On comprend mieux pourquoi il a fallu attendre plus d’une décennie ce nouvel opus. Il utilise les dernières technologies. Le résultat est hors normes car cette IA réalise des tâches qui demanderaient des années à l’homme. Les chiffres sont édifiants : 1,5 milliard de bâtiments et plus de 2 billions d’arbres sur des textures issues des 2 pétabytes de données Bing Map. Les pilotes pourront profiter de villes modélisées avec des scanners 3D utilisant la photogrammétrique pour un résultat plus que réaliste puisque lorsque le pilote survole l’une des 400 villes, c’est une copie conforme… La descente de nuit sur l’aéroport de du Cambodge est un vrai bonheur, avec tous les casinos éclairés sur le bord de l’océan.  Le plaisir de piloter un avion léger en vol à vue est incommensurable. Le niveau de la qualité graphique aussi! 

Microsoft flight simulator

Le pilotage : presque parfait

Pour profiter du monde, il faut aussi évidemment avoir le choix de ses ailes. Là encore Flight Simulateur propose un choix large qui va de l’ULM jusq’à l’Airbus A320 Neo. Il y en a 20 dans la version standard, 25 dans la version Deluxe et 30 dans la version Premium. Microsoft s’est engagé à proposer plus d’avions tout au long de la vie de son jeu et des rumeurs parlent même d’hélicoptères.

Il fallait un bémol. La simulation est parfaite pour 95% des joueurs. Il reste en réalité la population des vrais pilotes qui ont fait remonter des remarques sur la précision des systèmes embarqués. L’équipement est donc relativement simplifié pour une utilisation plus simple. Effectivement, Flight Simulator est tellement réussi qu’il peut rendre exigeant, mais il ne faut pas oublier que c’est un jeu grand public, un public de joueurs de plus en plus addict à l’Intelligence Artificielle au casino en ligne!  Pour les passionnés, il faut être patient et attendre les Ad-on de PMDG ( Boeing) et Flight Sim Labs ( Airbus)  pour avoir des avions encore plus travaillés et des équipements identiques à la réalité.  Lors de tests par des pilotes professionnels, les réactions ont été enthousiastes et la plupart se sont accordés pour dire que c’est un jeu idéal pour  s’initier  et comme complément à des leçons de pilotage. 

Des conditions de vol ahurissantes

Les superlatifs tombent comme des mouches, mais si on vous dit que les conditions de vols sont les données météorologiques en temps réel ? Cela signifie que lorsque vous volez dans le ciel de Paris, c’est la météo réelle que vous allez devoir affronter. C’est évidemment une option à sélectionner. Si le pilote veut aller s’attaquer à un vol en pleine tempête au milieu du Pacifique, il suffit de la paramétrer. Les nuages sont en 3D et s’affichent à 600 km sur une hauteur de 32 couches ! Les pilotes utilisant un manche auront la sensation de sentir les différences de portances des masses d’air. C’est du jamais vu sur un jeu de simulation grand public.

Autant dire que Flighy Simulator est une petite merveille et qu’au fil du temps, les petits défauts seront gommés. Il a déjà reçu trois récompenses lors de la cérémonie des Pégases 2021 : meilleur jeu, excellence visuelle et meilleur service d’exploitation. C’est un indispensable à tous ceux qui rêvent de voler.